Que deviennent nos piles usagées ?

Il existe en Guadeloupe un seul organisme habilité à la collecte et au traitement des déchets dangereux : la Société d’Assainissement Rationnelle de Pompage, SARP. Comme son nom l’indique, celle-ci  s’occupait surtout à l’origine de travaux pétroliers, d’assainissement et de collecte des eaux usées. La SARP située à l’entrée de Jarry, Voie Principale et appartient au groupe Veolia Propreté.

Depuis quelques années, l’enseigne s’est penchée sur la problématique des déchets dangereux et est devenue centre de collecte (et de traitement) pour les déchets chimiques, toxiques, inflammables, corrosifs et phytosanitaires.
Avec la nouvelle législation, la SARP c’est investi début 2008, dans la collecte des piles, tubes fluorescents et lampes LBC. Ces collectes sont effectuées selon les normes en vigueur respectant les filières appropriées. Les piles sont envoyées au centre de recyclage « Citron » situé en Métropole près du Havre, qui dépend de l’éco organisme COREPILE.
Ainsi entre octobre 2008 et juillet 2010, 45 tonnes de piles ont quitté la Guadeloupe.
La SARP met à disposition des importateurs de piles des fûts pouvant contenir jusqu’à 300 kg de piles et les récupère lorsqu’ils sont pleins. Les importateurs déposent à leur tour de petits collecteurs à destination du public, dans les différents commerces. De nombreux points de ramassage sont référencés sur Jarry et constituent ainsi le premier maillon de la chaîne d’acheminement des piles depuis les foyers vers le centre de collecte.