Prêts pour un aller simple Jarry-Shanghai ?

Prêts pour un aller simple Jarry-Shanghai ?
Jarry_Pro

Clôture de l’Exposition : le futur aux portes de Shanghai. L’exposition Universelle qui s’est tenue à Shanghai du 1er mai au 31 octobre 2010 est la plus grande jamais organisée à ce jour. Le gigantisme est le maître mot de cet événement; tant par sa superficie que par le nombre de ses visiteurs, essentiellement chinois, mais aussi par les dimensions des structures qui y ont pris place : sous le thème « Better City, Better Life », le village de l’exposition s’est étendu sur 5,30 km carrés, le long des rives du fleuve Huangpu, la rivière mère de Shangai et sous le pont Lupu (l’un des plus grands du monde).

L’objectif de 100 millions de visiteurs escomptés fut largement dépassé. En effet, certains jours d’affluence, la mascotte bleue, Haibao (dont la traduction signifie Trésor du Monde), a accueilli jusqu’à 1.300.000 visiteurs ! Ce petit personnage à la forme du caractère « Ren », qui signifie « être humain », a conquis le cœur de tous les chinois. C’est tout le centre de Shanghai qui a été mobilisé en vue de l’Exposition Universelle et des lignes de métro ont été construites tout spécialement. Le site fut tellement étendu qu’il a fallu délimiter pas moins de 8 entrées par voie routière ou fluviale : bus, taxis, métro et navettes nautiques. Un très large réseau de transports gratuits intra muros a permis le transport des voyageurs dans les différentes zones de l’exposition.

Avec un budget de 3,5 milliards d’euros, cette faramineuse démonstration de la suprématie chinoise restera dans les annales de l’histoire des expositions universelles. La majorité des bâtiments sera détruite après l’exposition mais certains néanmoins, resteront tels le Pavillon chinois, pour être transformé en musée. L’espace alloué à l’exposition, à nouveau libre, sera destiné à accueillir des habitations, bureaux et espaces verts.
Les pavillons érigés par près de 200 pays et organisations internationales, ont avant tout pour but de montrer au monde leurs talents dans les domaines des avancées et innovations technologiques mais sont également autant de vitrines du savoir-faire de chaque nation en matière d’économie, de tourisme et de commerce. La meilleure manière d’attirer la Chine, pays émergent par excellence, dans les contrées étrangères.
Chaque pays ayant rivalisé d’originalité pour l’architecture de son pavillon : les écrans géants n’ont jamais été en si concentrés au mètre carré, les jeux de lumière ont enflammé le ciel de Shanghai durant un semestre et les installations d’interactivités omniprésentes ont ravi  les visiteurs, généralement novices en la matière. Le Pavillon chinois, quant à lui, a trôné sur toute l’exposition, étant le pavillon le plus haut et symbolisant la puissance chinoise.
Le Pavillon français, de l’architecte Jacques Ferrier, rebaptisé « Ville Sensuelle » a su mettre en évidence tous les aspects de l’art de vivre à la française.
Des sculptures d’art moderne ont jalonné les différentes artères de l’exposition, parfois écologiques et parfois uniquement esthétiques. Celles-ci ont côtoyé les nombreuses haltes en haut potable : une révolution pour les chinois dont l’eau du robinet est absolument impropre à la consommation.
L’exposition Universelle dans l’histoire
La grande épopée a débuté avec l’Exposition de Londres en 1851, en pleine révolution industrielle, et s’est développée au-delà des frontières de l’Occident après 1970. Le but de la manifestation était, à l’origine, de montrer les innovations technologiques des différents pays participants. L’émulation entre les nations fut telle qu’elle donna naissance à des inventions qui révolutionnèrent le quotidien : le téléphone, la télévision, le métro parisien entre autres mais aussi à des bâtiments de renommée mondiale tels que la Tour Eiffel et l’Atomium de Bruxelles.
Sera t-il possible de faire mieux  pour le prochain pays qui accueillera la future exposition ?

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.